Documents Vidos

Mise en place d'un sequenceur capillaire au CHU de Martinique

La surveillance des résistances du VIH aux traitements antirétroviraux, porté par le CHU de Fort-de-France

Le projet

Grâce au projet Interreg-VIH, le laboratoire de virologie du CHU de Martinique s’est doté d’un séquenceur capillaire de dernière génération et d’appareils d’amplification en chaîne. La plate-forme ainsi constituée a permis l’accès à l’étude des résistances  à tous les traitements antirétroviraux y compris les plus récents (inhibiteurs de la protéase,  de la reverse-transcriptase, de l’intégrase) et au tropisme des souches VIH. Ces tests de résistance sont réalisés à partir de plasma des patients ou de gouttes de sang déposées sur un papier de type buvard (DBS, dry blood spot).

Les DBS

  Les DBS ont l’avantage sur la plasma d’être des échantillons non infectieux pouvant être conservés à température ambiante. Ceci permet l’analyse de prélèvements provenant de sites de prise en charge des patients ne disposant pas des conditions nécessaires à la réalisation et ou à la conservation des échantillons de plasma sans rupture éventuelle de la chaîne de froid jusqu’au laboratoire. De plus les DBS sont acheminés à température ambiante sous forme de courrier ce qui  simplifie leur acheminement aérien tout en réduisant les coûts de transport.

Les réalisations

Depuis l’installation du séquenceur capillaire, des tests de résistances ont été réalisés sur des échantillons en provenance de différents pays de la Caraïbe (Antigua, St Kitts et Haïti).

L’obstacle constitué par les ruptures de chaîne de froid au cours du transport aérien a été levé grâce aux DBS comme nous l’avons vérifié en particulier lors la réalisation d’une série consécutive de 30 tests de résistance sur des DBS venus de Port au Prince, Haïti. Tous les résultats de tests de résistance ont été rendus aux médecins prescripteurs avec une interprétation en termes thérapeutiques.

Une nouvelle série de tests de résistance sur DBS venant d’Haïti est programmée pour le dernier trimestre 2014.

Laboratoire de virologie du CHU de Martinique référent de OMS

est avec celui du CDC d’Atlanta le seul laboratoire accrédité par l’OMS pour les DBS sur le continent américain.Dans le cadre du projet INTERREG-VIH, le laboratoire de virologie du CHU de Martinique a participé en collaboration avec l’OMS et le laboratoire national de santé publique d’Haïti à Port au Prince à une étude des résistances observées chez 130 patients avant le début du traitement et un an après. Outre sa participation à l’élaboration du protocole,  le service de virologie a réalisé les tests de résistances (160) et les charges virales (101). Les résultats de cette étude ont été présenté au mois de juin 2014 à ‘International Workshop of Antiviral Resistance’ à Berlin, Allemagne (cf ci-dessous) et feront l’objet d’une publication en cours de rédaction.

 

Autres Résulats

Lors de la réunion  “workshop on the methodology for the surveillance of HIV Drug Resistance in the Caribbean” qui s’est tenue du 16 au 18 juin 2014 à Port of Spain, Trinidad, les représentants des pays de l’OECS ont déterminé que les nouveaux protocoles de l’OMS de surveillance des résistances avant traitement et sous traitement étaient réalisables dans les pays membres de l’OECS sous forme d’une surveillance multinationale. Il a été décidé que cette étude serait menée en collaboration entre les ministères de la santé des pays concernés, l’Agence de Santé Publique du Canada et le laboratoire de virologie du CHU de Martinique qui réalisera les examens de laboratoire (250 à 300 tests de résistance et charges virales). Cette étude devrait débuter en 2015 et se poursuivre en 2016.

Le test de résistance aux anti-intégrase a été réalisé pour environ 300 patients.La plate-forme a permis d’anticiper le retrait du marché de la trousse commerciale de génotypage Siemens que nous utilisions auparavant  assurant ainsi la continuité du suivi des patients (> 1000 tests réalisés). Il en est de même pour le génotypage du virus de l’hépatite C.

Le test de résistance aux anti-intégrase a été réalisé pour environ 300 patients.

La plate-forme est utilisée dans la prise en charge des patients atteints de cancers : séquence et polymorphisme de marqueurs tumoraux (Kras, Brca1….)

La plate-forme est utilisée dans le cadre d’étude du polymorphisme des récepteurs au fragment Fc chez les patients martiniquais atteints de lupus (1master 2 et 1 thèse de sciences en cours).

 

Retombées:

prise en charge de patients VIH+ améliorée

Le projet a contribué à l’amélioration de la prise en charge de ses patients (VIH, HCV, cancer) car un certain nombre d’examens qui n’étaient pas réalisés sur place le sont désormais. Cette amélioration s’associe à un gain de productivité car les examens réalisés sur place et en méthode ‘maison’ sont d’un coût moins élevé

Par ailleurs le CHU de Martinique a pu rester la référence caribéenne dans le domaine de la résistance du VIH aux antirétroviraux et après avoir contribué en collaboration avec l’OPS/PAHO à la création du réseau HIVDR TCN LAC (HIV Drug Resistance Technical Cooperation Network for Latin America and the Caribbean) nous assurons la coordination de la branche laboratoire.

les résultats de l’étude sur Haiti ont été utilisés par le ministère de la santé publique pour l’élaboration du plan de politique de prise en charge du VIH en Haiti

Certains pays qui n’étaient pas officiellement partenaires ont eu accès au test de résistance pendant la période du projet (St Kitts et Nevis, Antigua) même si le nombre de patients concernés est faible. Cependant les représentants des pays de l’OECS ont désigné le laboratoire de virologie du CHU Martinique comme partenaire pour la réalisation des tests de laboratoire qui seront réalisés dans le cadre des protocoles de surveillance de la résistance aux antirétroviraux. Ces protocoles sont élaborés en collaboration avec l’OPS/PAHO et l’Agence Nationale de la Santé du Canada et prévoient d’inclure 700 à 800 patients des pays de l’OECS.

Perspectives

La montée en puissance résultant de l’installation d’une plate-forme de nouvelle génération positionnera le CHU de Martinique comme l’acteur majeur de la surveillance des agents pathogènes connus ou émergents dans la Caraïbe à un moment où le CARPHA (ex CAREC) à Trinidad peine à redémarrer.

Les possibilités offertes par la plate-forme de nouvelle génération permettront un développement accéléré de la génétique moléculaire des cancers dans la Caraïbe et ouvrent la portent aux analyses de pharmaco-génomique dans les populations afro-caribéennes où les données disponibles sont encore pauvres.

 

Porteur du projet :  M. Georges DOS SANTOS, PhD

Laboratoire de virologie CHU Martinique

Laboratoire Régional de Référence OMS Génotypage VIH

 BP 632

97200 Fort-de-France Cedex

Tel : 00 596 596 552 433, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.